Ottawa a annoncé mardi une série d’assouplissements aux frontières qui entreront en vigueur ce 28 février, dont la fin de la quarantaine obligatoire suivant un test de dépistage effectué à l’aéroport au retour au pays.

Autre changement d’importance: le Canada acceptera les tests rapides comme tests à effectuer à l’étranger avant le retour au pays. Seuls les tests PCR étaient acceptés jusqu’ici.

«Pour que le test antigénique de dépistage de la COVID-19 soit valide, il doit être autorisé par le pays dans lequel il a été acheté et avoir été effectué par un laboratoire, une entité de soins de santé ou un service de télésanté», a précisé le ministre de la Santé Jean-Yves Duclos.

Les tests aléatoires au retour au Canada resteront en place, comme c’était le cas avant l’arrivée du variant Omicron.

De plus, les enfants de moins de 12 ans qui ne sont pas entièrement vaccinés n’auront plus à se placer en isolement à leur retour. Ceux-ci pourront reprendre l’école et toute autre activité dès leur arrivée au Canada.

«Ces changements sont possibles non seulement parce que nous avons franchi le pic du variant Omicron, mais également parce que les Canadiens de tout le pays ont écouté la science et les experts, ont suivi les mesures de santé publique et ont pris des précautions en vue de se protéger et de protéger leurs familles et leurs collectivités», a déclaré M. Duclos.

Les personnes non vaccinées devront prendre leur mal en patience: ceux-ci devront toujours faire un test de dépistage et s’isoler pour deux semaines.

Le retour des voyages non essentiels      

Les mesures annoncées s’accompagnent d’un changement important dans les recommandations aux voyageurs tentés par l’étranger.

Dès le 28 février, le Canada ne déconseillera plus les voyages non essentiels, faisant passer ses conseils de santé aux voyageurs du niveau 3 au niveau 2.

À cela s’ajoute le retour des vols internationaux dans tous les aéroports canadiens qui le permettent en temps normal, comme ceux de Windsor, London, Fort McMurray, et Moncton.

«Si la situation épidémiologie le permet, si les niveaux d’hospitalisation continuent de diminuer et si les Canadiens continue à recevoir leur dose de rappel en grand nombre, d’autres allègements pourront être envisagés», a fait miroiter le ministre.

Une bouffée d’air frais 

Ces allègements sont une bouffée d’air frais pour le secteur privé, qui avait laissé paraître sa frustration avec les mesures au cours des dernières semaines.

«Les allègements du ministre Duclos sont les bienvenues, on simplifie l’arrivée des voyageurs et permet un arrimage avec les exigences des États-Unis. À l’approche de l’été, nous devrons en faire encore plus pour que le tourisme et le voyage d’affaires reprennent vie», a fait savoir le Conseil du patronat (CPQ) par une déclaration écrite.

Un sondage récent effectué auprès de 412 membres de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a démontré que 69 % des PME au pays réclamaient la fin des tests.

Source : TVA NOUVELLE